«Les systèmes et processus ont bien fonctionné»

Auteure: Stephanie Bos


Le 8 janvier 2021 en début d’après-midi, la fréquence du réseau interconnecté européen a brièvement enregistré un écart négatif passant à 49,745 Hertz en raison d’un partage du réseau. On pense que le déclenchement d’un jeu de barres de 400 kV dans la sous-station d’Ernestinovo en Croatie a provoqué une cascade de déclenchements d’autres lignes en Croatie, Hongrie, Bosnie-Herzégovine et Serbie, entraînant ainsi le partage du réseau en Europe du Sud-Est. Les gestionnaires de réseaux de transport européens ont travaillé en étroite collaboration pour stabiliser le réseau et sont parvenus à le synchroniser à nouveau au bout d’une heure. L’ENTSO-E a publié un rapport intermédiaire à ce sujet le 26 février, qui décrit l’état du système pendant l’événement et le processus de synchronisation. Markus Imhof, Head of Balancing & Scheduling, explique dans une interview le rôle qu’a joué Swissgrid lors de cet incident.

Markus Imhof

Head of Balancing & Scheduling chez Swissgrid

Les médias ont parlé d’un black-out presque total. Quelle était réellement la gravité de la situation le 8 janvier dernier?

De manière générale, on peut dire que le réseau de transport suisse fait partie des réseaux les plus stables et les plus sûrs au monde. Le maillage étroit avec le réseau européen (la Suisse compte 41 lignes transfrontalières) contribue également à cette stabilité: plus un réseau est dense, plus les répercussions sur sa stabilité sont faibles en cas de rupture d’un nœud. De tels incidents sont extrêmement rares. Mais en cas de perturbation majeure, tout le monde est touché, et la Suisse ne peut être considérée séparément de l’ensemble du réseau de transport européen. Swissgrid collabore par conséquent étroitement avec les gestionnaires de réseaux de transport européens. La gestion des incidents fait l’objet d’un entraînement commun et il existe des procédures adaptées afin de rétablir la fréquence du réseau à 50 Hertz.

Le 8 janvier 2021, les systèmes et les processus ont fonctionné correctement évitant d’autres répercussions de cette perturbation. La réaction automatique et les mesures coordonnées prises par les gestionnaires de réseaux de transport ont permis de rétablir très rapidement l’exploitation normale.

Swissgrid assume un rôle important dans le réseau interconnecté européen en tant que Coordination Center South.

 
Comment Swissgrid a-t-elle réagi face à cette situation?

Le réseau à très haute tension suisse est étroitement connecté au réseau de transport européen. Swissgrid a donc également constaté un écart de fréquence.

Swissgrid, en tant que Coordination Center South, et Amprion, en tant que Coordination Center North, ont immédiatement mis en place la coordination nécessaire par conférence téléphonique afin de rétablir l’exploitation normale. Ils ont également travaillé en étroite collaboration avec les autres gestionnaires de réseaux de transport européens pour stabiliser le réseau.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement?

Swissgrid assume un rôle important dans le réseau interconnecté européen en tant que Coordination Center South. Elle surveille la fréquence du réseau européen à très haute tension en collaboration avec Amprion, qui constitue le Coordination Center North. Swissgrid et Amprion sont les gardiens du temps synchrone. Swissgrid se charge de la surveillance lors des mois pairs et Amprion lors des mois impairs. Le temps synchrone est un indicateur important pour savoir s’il y a trop ou trop peu d’énergie dans le réseau interconnecté, en d’autres termes pour savoir si l’équilibre entre la production et la consommation est respecté. En cas d’écart du temps synchrone, le Coordination Center compétent lance des procédures prédéfinies afin de trouver l’erreur et rétablir le niveau de sécurité du réseau, ou bien il modifie la fréquence de consigne de manière à ce que les centrales électriques tournent plus vite ou plus lentement pour ramener la fréquence du réseau à l’heure correcte. Le dernier écart significatif du temps synchrone date de janvier 2018, les horloges des fours affichaient alors plus de six minutes de retard.

En cas de perturbation comme celle du 8 janvier, Swissgrid est chargée de mettre en place, de coordonner et de surveiller les procédures prédéfinies avec ses partenaires du Sud, tels que la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie mais aussi les Balkans et la Turquie.

Quels sont les moyens dont disposent les gestionnaires de réseaux de transport pour garantir la stabilité du réseau de transport européen?

Swissgrid et les autres gestionnaires de réseaux de transport européens maintiennent également en permanence des réserves d’énergie (c’est ce que l’on appelle la puissance de réglage), pour stabiliser la fréquence du réseau. Cette énergie peut être utilisée pour compenser des fluctuations de production imprévues, par exemple en cas de défaillance d’une grande centrale électrique, ou des fluctuations de la consommation. Des sécurités automatiques sont intégrées dans tout le réseau européen afin de maintenir la stabilité de la fréquence du réseau. Si la fréquence du réseau tombe en dessous d’un certain seuil, des charges prédéfinies sont automatiquement déconnectées du réseau en alternance jusqu’à ce qu’un équilibre soit rétabli entre la production et la consommation.

Les gestionnaires de réseaux de transport européens sont préparés aux incidents de réseau. Pour le réseau interconnecté européen, il existe des procédures prédéfinies et bien rodées pour minimiser les répercussions des incidents du système et notamment pour éviter et compenser les écarts de fréquence importants. Il existe des procédures éprouvées pour garantir la stabilité.

La Suisse, qui est fortement interconnectée, dépend de la situation des pays voisins. Sans accord sur l’électricité, la capacité d’importation depuis l’UE et la volonté d’exportation de l’UE seraient mises en péril.

 
La collaboration internationale est primordiale pour la stabilité du réseau. Pourquoi cela?

Le réseau de transport suisse est rattaché aux pays limitrophes en 41 endroits. Il fait ainsi partie intégrante du réseau interconnecté d’Europe continentale. Cet échange d’énergie permet de surmonter les congestions du réseau électrique dans les différents pays et d’éviter les surcharges. Grâce à cette coopération internationale, il est possible de compenser les défaillances de centrales électriques ou la surproduction.

La Suisse, qui est fortement interconnectée, dépend de la situation des pays voisins. Sans accord sur l’électricité, la capacité d’importation depuis l’UE et la volonté d’exportation de l’UE seraient mises en péril. Du fait d’une étroite collaboration avec ses partenaires européens, la Suisse a jusqu’ici toujours pu compenser les défaillances ou la surproduction des centrales électriques. Toutefois, la mise en œuvre du troisième paquet de directives de l’UE et du Clean Energy Package entraînera vraisemblablement une augmentation des flux non planifiés et une réduction de la capacité d’importation de la Suisse, ce qui aura une incidence négative sur la sécurité du système en Suisse et en Europe. On peut s’attendre à ce que l’intensité des défis augmente fortement d’ici 2025.



Auteure

Stephanie Bos
Stephanie Bos

Communication Manager

Aimez-vous cet article?

Partager cet article


  • Voici à quoi ressemble un Tribot en détail
    | Blog

    La technologie est là pour induire le changement

    Lire l'article
  • | Blog

    Maintenir la distance

    Lire l'article
  • Le baptême du mini-tunnelier
    | Blog

    Une ligne à très haute tension livrée clé en main

    Lire l'article

Contact

Titre

Veuillez sélectionner le titre.

Veuillez entrer votre prénom.

Veuillez entrer votre nom.

Veuillez entrer une adresse e-mail valide.

Veuillez entrer votre message.

Veuillez cocher la case.