Emissions

Champs électriques et magnétiques

Il nous serait bien difficile d’imaginer notre quotidien sans les nombreux compagnons électroniques qui nous entourent. Nous sommes en revanche beaucoup moins conscients du fait que des champs électriques et magnétiques apparaissent partout où l’électricité est présente et ce même lors de la production, du transport, de la distribution et de la consommation d’énergie électrique.

Champ électrique

Dès qu’un appareil est branché à une prise électrique, il est sous tension. Même si l’appareil est éteint et qu’aucun courant ne passe, un champ électrique se forme. La tension définit la puissance du champ électrique et se mesure en volt par mètre (V/m). La puissance du champ se réduit quand la distance avec la source augmente.

Champ magnétique

La circulation du courant engendre un champ magnétique en plus du champ électrique. La quantité d’électricité transportée par la ligne détermine la puissance du champ magnétique et se mesure en microtesla (μT). La puissance du champ se réduit quand la distance avec la ligne augmente.

Spectre électromagnétique – rayonnement non ionisant

Dès qu’un appareil est branché à une prise électrique, il est sous tension. Même si l’appareil est éteint et qu’aucun courant ne passe, un champ électrique se forme.

Une des réglementations les plus strictes au monde en termes de valeurs limites

La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) a fixé en 1998 des valeurs limites internationales. La Suisse a défini dans l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) des valeurs limites pour les champs électriques et magnétiques qui vont beaucoup plus loin et sont parmi les plus strictes au monde.

Comparaison internationale des valeurs limites pour les champs électriques et magnétiques

  Champs électriques Champs magnétiques
    Valeur limite d'immissions Valeur limite
de l'installation
ICNIRP* 5 kV/m 200 μT -
Suisse 5 kV/m 100 μT 1 μT
Allemagne 5 kV/m 100 μT -
Pays Bas 5 kV/m 100 μT **
*   Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants
** Les Pays-Bas utilisent la charge annuelle moyenne comme base du calcul et non la charge maximale comme en Suisse. Ils ont une valeur limite pour les installations de 0.4 μT.

Valeur limite d’immissions
Doit être respectée partout où des personnes peuvent séjourner. Les lignes doivent être conçues de manière à ce que la valeur limite soit toujours respectée.

Valeur limite de l’installation
Doit être respectée sur les lieux à utilisation sensible:

  • Locaux dans lesquels des personnes séjournent régulièrement durant une période prolongée (salle de séjour, chambre à coucher)
  • Lieux dans lesquels des enfants séjournent régulièrement (salles de classe, places de jeux)
  • Surfaces non construites se situant en zone à construire

Les champs magnétiques sont présents dans les lignes aériennes comme dans les lignes souterraines

Puissance du champ magnétique

Le champ magnétique directement sur une ligne souterraine est nettement supérieur à celui sous une ligne aérienne. Au niveau du sol, là où se trouve l‘homme, le champ magnétique d’une ligne aérienne compte peu de microtesla alors que celui d’une ligne souterraine s’élève jusqu’à 100 microtesla.

Diffusion spatiale du champ magnétique

La valeur limite de 1 microtesla d’une ligne aérienne se situe à une distance d’environ 60 à 80 mètres des conducteurs. Pour une ligne souterraine, cette valeur limite est atteinte à une distance de 6 à 8 mètres déjà.

Freileitung
1/2: Diffusion spatiale du champ magnétique: La valeur limite de 1 microtesla d’une ligne aérienne se situe à une distance d’environ 60 à 80 mètres des conducteurs. Pour une ligne souterraine, cette valeur limite est atteinte à une distance de 6 à 8 mètres déjà.
Erdverkablung
2/2: Diffusion spatiale du champ magnétique: La valeur limite de 1 microtesla d’une ligne aérienne se situe à une distance d’environ 60 à 80 mètres des conducteurs. Pour une ligne souterraine, cette valeur limite est atteinte à une distance de 6 à 8 mètres déjà.

Mesurages et calculs


Collaboration avec la recherche

Swissgrid a conclu un partenariat avec FSM (Forschungsstiftung Strom- und Mobilkommunikation), une fondation à but non lucratif établie à l’ETH de Zürich. FSM promeut la recherche sur les questions techniques, biologiques, sanitaires et sociales en relation avec les champs électromagnétiques des technologies radio et électriques. Par ailleurs, FSM conseille les autorités, les entreprises et les organisations, met sur pied des séminaires et fournit des informations factuelles au grand public.

Site web FSM


Bruit

Des décharges électriques locales peuvent se produire au niveau des lignes électriques, notamment en cas de conditions météorologiques défavorables, par exemple en cas de pluie, de givre ou de neige mouillée. En électrotechnique, ce phénomène est appelé «décharge coronaire». Il peut générer des bruits décrits comme des grésillements ou des bourdonnements.

Une limite d’émission de 55 décibels dans les zones habitées (45 décibels durant la nuit) est applicable en Suisse et doit impérativement être respectée. Le niveau sonore d’une rue à grande circulation dépasse 80 décibels. Partout où cela est nécessaire, Swissgrid s’efforce de réduire ces effets coronaires par tous les moyens techniques possibles. Dans le cas des lignes souterraines, les bruits dus à l’effet de couronne disparaissent.

Les films suivants montrent la puissance du son des lignes à très haute tension comparée aux bruits plus connus:


Environnement

Étude de l’impact sur l’environnement

L’étude de l’impact sur l’environnement (EIE) permet, dans le cadre de la procédure d’autorisation, de contrôler si un projet respecte les prescriptions légales sur la protection de l’environnement. Le contrôle se base sur le rapport d’impact sur l’environnement (RIE). En tant que maître d’ouvrage, Swissgrid est responsable de l’élaboration et de la remise des documents du RIE. Toutefois, l’élaboration du RIE est en règle générale confiée à un bureau d’ingénierie indépendant et spécialisé. Différents aspects sont traités dans le rapport, dont le bruit, les rayonnements non ionisants, les eaux, les sols, les décharges désaffectées, les forêts, les biotopes et la végétation, la faune et ses habitats naturels, les paysages, les sites construits ainsi que les monuments historiques et les sites archéologiques.

Suivi environnemental

Le suivi environnemental de la phase de réalisation (SER) traite et pilote les considérations environnementales lors de la construction et assiste la maîtrise d’ouvrage pour une réalisation du projet de construction conforme à la loi et respectueuse de l’environnement. Ce faisant, il veille au respect des lois, ordonnances, dispositions, directives en matière de protection de l’environnement ainsi qu’aux obligations relatives à la décision d’approbation des plans. Il conseille et assiste les parties prenantes, observe et évalue les problèmes environnementaux sur le chantier et s’assure que le projet est réalisé en conformité avec les réglementations en vigueur.

Téléchargements

Contact

Titre

Veuillez sélectionner le titre.

Veuillez entrer votre prénom.

Veuillez entrer votre nom.

Veuillez entrer une adresse e-mail valide.

Veuillez entrer votre message.

Veuillez cocher la case.