Assainissement des sols pour l’environnement et l’agriculture dans la vallée d’Uri

Réseau

Assainissement des sols pour l'environnement et l'agriculture dans la vallée d'Uri

Auteur invité: Marzio Giamboni*


Des vaches paissent désormais dans des prairies verdoyantes, là où se dressaient autrefois des pylônes. Avant de libérer les surfaces de la vallée d’Uri pour leur utilisation habituelle, Swissgrid a procédé à un vaste assainissement du sol des anciens emplacements de pylônes. Et elle est allée plus loin que ne l’exigent la loi et l’ordonnance.

Assainissement des sols pour l’environnement et l’agriculture dans la vallée d’Uri
1/3
Assainissement des sols pour l’environnement et l’agriculture dans la vallée d’Uri
2/3
Assainissement des sols pour l’environnement et l’agriculture dans la vallée d’Uri
3/3

Il y a quelques années encore, deux lignes à très haute tension traversaient parallèlement la vallée d’Uri. L’une d’entre elles appartenait à Swissgrid et servait d’axe nord-sud important pour le transport d’électricité. L’autre servait aux CFF pour l’exploitation ferroviaire. En 2018, les deux partenaires ont regroupé les deux lignes sur un tracé commun sur le tronçon entre Attinghausen et Altdorf Nord. Il est parallèle à l’autoroute et aux rives de la Reuss. Après ce regroupement d’infrastructures, les deux anciennes lignes ont pu être démantelées. Le démantèlement a permis d’assainir le sol et de lui rendre son état initial.


Une contribution externe de Marzio Giamboni, chef de projet Hintermann & Weber AG

Les pylônes des lignes électriques sont recouverts d’une peinture de protection contre la corrosion. Auparavant, on utilisait des produits contenant des substances dangereuses pour l’environnement. Comme l’ancienne couche de protection se désagrège au fil des ans sous l’influence des conditions météorologiques, des polluants tels que du plomb, du zinc et des PCB, ainsi que, en plus petites quantités, du chrome et du cadmium, peuvent se retrouver dans le sol.

Dans le cadre du projet «Regroupement des lignes à Eyschachen», 31 pylônes datant des années 1950 ont été démantelés. La plupart des sites où les pylônes ont été démantelés se trouvaient sur des terres agricoles.

Dans le cadre de l’approbation du projet, le canton d’Uri et Swissgrid ont convenu que tous les emplacements de pylônes situés sur des surfaces agricoles devaient être assainis, et ce, indépendamment du degré de pollution environnementale. Les mesures d’assainissement définies dans le projet allaient bien au-delà de celles exigées par la loi sur la protection de l’environnement et par l’ordonnance sur les atteintes portées aux sols.

Un sol précieux pour l’agriculture

Une grande partie des sites se trouvent sur des surfaces d’assolement. Celles-ci font partie des meilleures terres agricoles de Suisse et sont soumises à des dispositions de protection particulières. En temps de crise, elles assurent l’alimentation de la Suisse. Grâce à l’assainissement, Swissgrid a pu rétablir la qualité de ces surfaces et les restituer aux propriétaires fonciers dans leur état d’origine.

Exemple d’assainissement de sol
Exemple d’assainissement de sol (© Oliver Iseli)

Des études approfondies étaient nécessaires pour déterminer à quel point le sol était pollué. Nous avons effectué des analyses de sol sur six emplacements de pylônes sélectionnés. Des échantillons ont été prélevés à un mètre des fondations du pylône aux quatre points cardinaux puis ont été analysés en laboratoire. Le sol a été assaini en moyenne dans un rayon d’environ 15 m autour des fondations du pylône. Au niveau des fondations, nous avons remplacé le sol sur une profondeur de 80 cm. Nous avons mesuré chaque surface à l’aide d’un appareil à rayons X mobile pour nous assurer que toutes les substances polluantes avaient été éliminées.

Tous les sols ne se valent pas

Pour remplacer le sol pollué, nous avons dû trouver environ 4000 m3 de matériau terreux propre. Il ne pouvait pas s’agir de n’importe quel matériau. Nous devions trouver un sol répondant aux exigences d’une surface d’assolement agricole. Nous nous sommes alors mis à visiter tous les chantiers en cours dans le canton d’Uri et au-delà de ses frontières. On nous a proposé de grandes quantités de matériaux terreux, mais peu de sites convenaient à notre projet. Finalement, nous avons pu nous procurer des matériaux appropriés sur six chantiers différents de la vallée d’Uri et sur un chantier du canton de Lucerne.

Surface assainie après la mise en place de matériau de sol propre
Surface assainie après la mise en place de matériau de sol propre (© Andrea Truttmann)

Atteindre son but avec patience et une oreille attentive

Le sol réaménagé doit être laissé au repos pendant un certain temps et être exploité avec ménagement afin qu’il puisse développer ses propriétés favorables à l’agriculture sur le nouveau site (mise en culture). Pour les agriculteurs concernés, se sont ensuivies trois années d’exploitation douce selon les directives de protection des sols. Par exemple, les surfaces ne devaient pas être pâturées ou fertilisées. En contrepartie, les exploitations concernées ont reçu une indemnisation. Nous avons contrôlé le respect des directives deux fois par an sur place et discuté de l’exploitation avec les agriculteurs. Lors de ces visites, nous avons également vérifié le bon développement des sols des sites assainis. Dans la grande majorité des cas, les directives d’exploitation ont été respectées, si bien qu’après trois ans d’exploitation spéciale, nous avons pu, en accord avec le service cantonal de protection des sols, libérer les surfaces pour leur utilisation habituelle.

L’assainissement des sols de la vallée d’Uri a été un grand défi pour nous en tant que responsables du suivi environnemental de la phase de réalisation. La détermination des niveaux de pollution et l’obtention de matériaux terreux propres ont pris beaucoup de temps. Notre objectif était que les agriculteurs soient satisfaits de l’assainissement. Cela a nécessité une bonne communication et une écoute attentive des préoccupations de toutes les personnes concernées.


Auteur invité

Marzio Giamboni
Marzio Giamboni*

Chef de projet Hintermann & Weber AG

* Le dialogue est d’une importance cruciale pour Swissgrid. En effet, l’échange mutuelfacilite la compréhension et l’élargissement des connaissances. C'est pourquoi nous publions également sur le blog de Swissgrid des articles d'auteurs invités sur des sujets pertinents.

Aimez-vous cet article?

Partager cet article


  • | Blog

    Combiner l’art et les données

    Lire l'article
  • | Blog

    Tous les câbles ne sont pas identiques

    Lire l'article
  • | Blog

    Au sujet du basket-ball et du réseau interconnecté d’Europe continentale

    Lire l'article

Contact

Titre

Veuillez sélectionner le titre.

Veuillez entrer votre prénom.

Veuillez entrer votre nom.

Veuillez entrer une adresse e-mail valide.

Veuillez entrer votre message.

Veuillez cocher la case.