Réseau

Imprévus dans le réseau électrique: un risque pour la Suisse

Ce qui doit changer

Auteure: Giulia Ferraro


Au quotidien, l’imprévu est souvent synonyme de bonne surprise. Une journée ensoleillée inattendue, un billet de banque retrouvé dans une vieille veste ou la visite surprise de proches. Mais lorsqu’il s’agit du réseau électrique, l’imprévu n’est pas le bienvenu et peut même être dangereux. La capacité du réseau de transport suisse est calculée au quart d’heure près. Si du courant non planifié circule soudainement dans notre réseau, donc du courant qui n’a pas été prévu dans les calculs, cela peut entraîner des surcharges d’éléments de réseau. Dans de telles situations, Swissgrid doit intervenir et rétablir l’équilibre sur le réseau. Dans le réseau électrique, les imprévus sont donc toujours synonymes de travail et de risques.

Depuis quelques années, Swissgrid et la branche de l’électricité mettent en garde contre les risques de flux non planifiés.

 
Flux non planifiés: de quoi s’agit-il?

Depuis quelques années, Swissgrid et la branche de l’électricité mettent en garde contre les risques de flux non planifiés, tels que ceux qui menacent la stabilité de notre réseau et donc la sécurité d’approvisionnement de la Suisse.

Dans le cas d’un flux d’électricité, il est impossible de prévoir le chemin que le courant choisira. En effet, ce dernier cherche le chemin de la moindre résistance. En d’autres termes, si le courant doit aller d’un point A à un point B, il ne s’y rendra pas forcément de manière directe. Dans le cas du commerce transfrontalier, il se peut donc que seule une certaine partie du courant échangé traverse directement la frontière nationale. Une autre partie peut transiter par le réseau d’un pays voisin. Il y a une différence entre la quantité de courant échangée et le flux physique entre les deux pays ou parties qui échangent. La différence entre le flux commercial et le flux physique est le flux non planifié, à savoir la partie qui passe par le pays qui, en réalité, n’est pas impliqué dans l'échange. Il existe deux types de flux non planifiés: les flux de transit et les flux de bouclage.

La différence entre le flux commercial et le flux physique est le flux non planifié, à savoir la partie qui passe par le pays qui, en réalité, n’est pas impliqué dans l'échange.

 
Le courant aime voyager...

On parle de flux de transit lorsque le courant fait l’objet d’un échange transfrontalier, mais qu’il cherche à se frayer un chemin à travers un troisième pays. Pour comprendre ce phénomène, on peut comparer cela à un voyage: une classe doit se rendre d’Offenburg (DE) à Strasbourg (FR). Comme le train direct est complet, les élèves se séparent. Ceux qui n’ont pas eu de place dans le train direct en prennent un qui passe par Bâle. Toute la classe part du même point et se retrouve au même endroit, mais les élèves sont arrivés par des chemins différents. Il en est de même pour le flux de transit: le courant est produit dans une centrale électrique et destiné à être consommé sur un autre site par le biais d’une transaction commerciale. Cependant, l’ensemble du flux d’électricité n’empruntera pas le même chemin pour arriver à destination. Une partie cherche à passer par un autre pays. Pays qui n’est pas impliqué dans le commerce.

... ou tourner en rond

Dans le cas d’un flux de bouclage, un pays échange de l’électricité à l’intérieur de ses frontières. La ligne d’un pays voisin est toutefois sollicitée à cette occasion. Le courant est donc échangé dans le pays A, mais revient dans le pays A en passant par le pays B. Si nous comparons à nouveau cela à un voyage en train, il s’agirait de voyager du Tessin au Valais. Il faudrait changer de train en Italie et, de là, se rendre en Valais: c’est la liaison la plus rapide, et le chemin de la moindre résistance.

Swissgrid met tout en œuvre pour minimiser les flux non planifiés. À cet égard, un accord sur l’électricité entre la Suisse et l’UE serait une solution durable.

 
L’absence d’accord conduit à de mauvaises surprises

Mais pourquoi y a-t-il de plus en plus de flux non planifiés dans le réseau électrique? Cela s’explique en partie par l’absence d’accord sur l’électricité entre la Suisse et l’UE. Or, ce dernier est essentiel pour la sécurité d’approvisionnement de la Suisse. Avec ses 41 lignes transfrontalières, le réseau électrique suisse est fortement intégré au réseau d’Europe continentale. L’échange avec les gestionnaires de réseau de transport européens fait partie des tâches quotidiennes de Swissgrid. Cependant, en raison de l’absence d’accord sur l’électricité, la Suisse est de plus en plus souvent exclue de plateformes importantes. En outre, elle n’est pas prise en compte de manière adéquate dans les calculs de capacité de réseau. Il en résulte pour Swissgrid une incapacité à prévoir avec précision la charge du réseau électrique et l’obligation pour les opératrices et opérateurs de Swissgrid de recourir à du courant pour stabiliser le réseau. Cela implique des efforts et des coûts, et de plus en plus de questions se posent quant à la disponibilité de ces «Remedial Actions», car en Suisse, elles sont essentiellement alimentées par l’énergie hydraulique.

La règle des 70% constitue un défi supplémentaire. Il y a trois ans, la loi du Minimum Remaining Available Margin est entrée en vigueur pour les pays de l’UE. Celle-ci dispose que tous les gestionnaires de réseau de transport européens doivent réserver au moins 70% de leur capacité de transport au commerce transfrontalier. Cependant, seuls les pays de l’UE sont inclus dans ce commerce. De fait, en l’absence d’accord avec l’UE, la Suisse ne peut en faire partie.

Un regard vers l’avenir

Toujours synonyme d’efforts et de risques, l’imprévu est indésirable dans le réseau électrique. Les flux non planifiés entraînent davantage de surcharges des éléments de réseau. Dans de tels cas, Swissgrid doit intervenir et corriger le problème. Cela signifie une plus grande mise en danger de la stabilité du réseau et donc de la sécurité d’approvisionnement de la Suisse. Et, en fin de compte, cela signifie également des coûts plus élevés pour les consommatrices et les consommateurs d’électricité suisses. Swissgrid met donc tout en œuvre pour minimiser les flux non planifiés. À cet égard, un accord sur l’électricité entre la Suisse et l’UE serait une solution durable.



Auteure

Giulia Ferraro

Étudiante salariée


  • | Blog

    Un «User Centered Design» pour un réseau électrique encore plus sûr

    Lire l'article
  • | Blog

    La pénurie de main-d’œuvre qualifiée, un problème pour le réseau électrique?

    Lire l'article
  • | Blog

    Les contrats techniques et leurs limites

    Lire l'article

Contact

Titre

Veuillez sélectionner le titre.

Veuillez entrer votre prénom.

Veuillez entrer votre nom.

Veuillez entrer une adresse e-mail valide.

Veuillez entrer votre message.

Veuillez cocher la case.